CP JT HDL 24

La Ville de Nancy s’apprête à honorer (enfin !) Bernard Zehrfuss en donnant son nom à l'esplanade qui a été aménagée il y a un an environ au pied de la tour dite des "énergies", en plein cœur du quartier du Haut-du-Lièvre. Ce n'est évidemment pas uniquement au Premier Grand Prix de Rome 1939 que s'adresse cette reconnaissance publique, ni à l'architecte du siège de l'Unesco à Paris (1958), du CNIT à la Défense (1958) ou du Musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon (1975) mais plutôt au "poète-aménageur" (je ne sais pas si ce concept existe mais il me semble lui correspondre assez bien) qui a conçu et réalisé dans les années 60-70 ce grand ensemble qui surplombe Nancy de sa présence faîtière. Il n'y a pas que les mots pour chanter la ville, d'hier ou d'aujourd'hui, il y a aussi la vision d'un homme de son temps dont l’Oeuvre est sur le point de passer un cap, celui de l'acceptation et de la reconnaissance après des décennies de purgatoire qui n'ont que trop duré. Et la décision municipale d'accorder à Bernard Zehrfuss l'attribution topographique d'une esplanade de la Cité en constitue une étape encourageante...
 
En complément, quelques articles antérieurs de mon blog à propos du Haut-du-Lièvre :
 
http://leslivresdejt.canalblog.com/archives/2012/03/18/23796346.html
 
http://leslivresdejt.canalblog.com/archives/2014/07/26/30316777.html
 
http://leslivresdejt.canalblog.com/archives/2016/09/18/34333102.html
 
http://leslivresdejt.canalblog.com/archives/2016/08/16/34197753.html