P1020599

Chapitre 20 Un mari trompé ?

Vers huit heures du matin, la sonnerie du téléphone retentit dans le hall de l’hôtel.

— Allo, Monsieur Tournebouix ? Richard Louvrier à l’appareil…

— Hé, en voilà une bonne nouvelle ! Vous venez enfin de vous rendre compte qu’il n’y avait pas de meilleur établissement que le mien et que votre Paris n’était rien au regard de notre belle Occitanie ! La benvenguda, monsieur Louvrier !

Richard n’avait pas le cœur à plaisanter.

— Je cherche à joindre ma femme…

— Donà Victoire ?

— Je lui ai laissé plusieurs messages sur son portable mais elle ne m’a pas rappelé…

— Les femmes, vous savez…

— Quand vous la verrez, dites-lui de m’appeler. Dites-lui aussi que si elle cherche la rupture, elle l’aura ! Je n’ai plus envie de continuer ainsi ! Elle est allée trop loin cette fois !

— On ne va jamais aussi loin qu’on le voudrait, ni qu’on pourrait …

Richard n’avait que faire de la truculence débonnaire de Sigismond Tournebouix.

— Pourquoi ne me rappelle-t-elle pas ? reprit-il avec colère.

— Vous êtes parti… rétorqua l’hôtelier.

— De quoi vous mêlez-vous, à la fin ! Je vous demande simplement de laisser un message à mon épouse.

Richard était furieux. Il n’était point besoin de le voir pour deviner que la colère le défigurait. La mâchoire crispée, les sourcils froncés, il peinait presque à articuler chaque mot qu’il prononçait tant il lui était difficile de canaliser ses paroles. Il avait envie de hurler, de tout jeter autour de lui, de saisir le sieur Tournebouix par le col et de lui régler son compte une bonne fois pour toutes. Sauf qu’il était à des centaines de kilomètres à l’instant présent et que… leurs gabarits respectifs n’auraient pas forcément tourné à l’avantage du jeune parisien !

— Calmez-vous mon ami, calmez-vous… La colère n’est jamais bonne conseillère. Je comprends votre désarroi, le vide de l’absence désarçonne toujours le mâle déconfit…

— Quelle absence ?... Qu’est-ce que vous racontez ?

Bah, tala testo, talas ancas! (Telle tête, telles fesses)  Sauf votre respect, elle est tellement attirante du haut qu’elle ne peut l’être que davantage du bas !

— Je vous en prie, vous parlez de ma femme !

— Ecoutez, mon ami, cò que se vei, se pòt pas amagar (Ce qui se voit, on ne peut le cacher): elle n’a pas passé la nuit ici.

Richard resta sans voix de longues secondes.

— Comment... comment ça, elle n’a pas passé la nuit à l’hôtel ? reprit-il non sans mal.

— …

— Elle a dû rentrer tard, c’est tout…

— Elle n’a pas passé la nuit ici.

Richard était surpris et blessé. Il ne pouvait pas croire que Victoire l’avait trompé. Pas elle. Cela ne lui ressemblait pas. Elle haïssait l’infidélité. Pire, elle ne la comprenait même pas. Une simple dispute n’avait pas pu la faire changer d’avis à ce point. Mais ses certitudes se heurtaient cependant à l’arrête tranchante de cette réalité inattendue : elle avait passé la nuit ailleurs.

— Vous l’avez vue avec un autre homme ?

— Non.

— ...

— Mais avec tous les vas et vient de la saison touristique, il n’est pas évident de voir tout le monde, même si mon hôtel n’est pas grand… ajouta Sigismond Tournebouix, ravivant un peu plus la blessure que sa révélation avait provoquée chez son interlocuteur.

— Et la fille ? s’écria-t-il soudain, comme s’il avait trouvé la solution à un problème insoluble.

— Quelle fille ?

— Celle en fauteuil roulant !

— ... ?

— Celle qu’elle a rencontrée dans un café ! Avec un drôle de prénom… Sixtine, c’est ça, Sixtine !...

— Une fille en fauteuil ? Non, je ne vois pas… mais c’est peut-être une piste : vous savez, de nos jours, les hommes entre eux, les filles entre elles…

— C’est ridicule, elle n’a pas le genre à ça !

— Il ne faut jamais dire jamais, sénher Louvrier, et puis il n’y a pas de mal à se faire du bien ! ajouta l’hôtelier en éclatant de rire, mais d’un rire un peu forcé cependant. Comme si quelque chose l’avait décontenancé.

— Bon, il faut que je vous laisse Monsieur Tournebouix, j’ai une réunion importante qui va commencer. Je vous rappelle sans faute ce soir ! Mais si vous l’apercevez, appelez-moi sur mon portable, il faut absolument que je lui parle ! Dites-le lui, elle vous écoutera, vous…

à suivre...

couv le cœur des écorchés 1