11 janvier 2019

Chapitre 32 La treizième Lame

Chapitre 32 La treizième Lame Au même moment, retiré à l’abri de ses ouvrages poussiéreux et de son bric-à-brac ésotérique, Nator transgressait une règle absolue : tirer les cartes à la nuit tombée. Il le savait et en éprouvait un mal-être profond. Attendre le lendemain lui était cependant impossible. Le trésor était là, à portée de main, tout près. Il le sentait. Il ne pouvait que braver l’interdiction. On n’interroge les arcanes ni quand le temps est orageux, ni quand le jour s’en est allé. C’est la loi du genre. Ne perce pas les... [Lire la suite]

05 janvier 2019

Chapitre 30 La faire parler…

Chapitre 30 La faire parler… La BMW X5 Security emprunta le petit chemin à faible allure et s’arrêta à proximité du bâtiment. Une véritable forteresse roulante dont chaque détail avait été pensé à grands renforts d’options aussi performantes que coûteuses. D’aspect semblable à un classique 4 X 4 à roues motrices, la X5 Security s’en distinguait cependant par toute une série d’innovations dont l’objectif affirmé était de protéger coûte que coûte ses occupants : pneus antidéjantage autoporteurs avec flans renforcés et roue interne en... [Lire la suite]
03 janvier 2019

Chapitre 28 Retour sur le passé

Chapitre 28 Retour sur le passé   Lettre de Henry Bataille à Yvonne Sarcey (1869-1950, fille du critique dramatique et journaliste Francisque Sarcey qui tint une chronique théâtrale dans le journal Le Temps de 1867 à 1899 et amie de Henry Bataille).   Paris, 31 décembre 1890 Ma bonne amie, Chère Yvonne, ô très chère Yvonne, que le temps me parait long depuis notre dernière rencontre ! L’implacable hiver a déjà recouvert de son blanc manteau la rieuse nature que nous parcourûmes le coeur léger à la fin de l’été et je... [Lire la suite]
03 décembre 2018

Chapitre 25 Un homme seul

Chapitre 25 Un homme seul Richard essaya de se reposer sans y parvenir. Rester dans la chambre plus longtemps n’aurait servi à rien : il en avait fait le tour au moins vingt fois, examinant chaque objet, chaque centimètre carré. Sans trouver le moindre indice relatif à la disparition de Victoire. Lorsqu’il descendit pour dîner, il retrouva dans la sala de mangar Maximilien Lamort-Lecrabe et Jacques Girafe qui lui réservèrent un accueil chaleureux. Les deux hommes lui dirent qu’ils comprenaient sa détresse et affirmèrent qu’ils... [Lire la suite]
21 novembre 2018

Chapitre 24 Le comte de Loudenhove

Chapitre 24 Le comte de Loudenhove   Appuyé sur une canne-serpent, dont on disait qu’elle avait été taillée par un soldat dans le bois d’un Christ déchiqueté pendant les bombardements de 1916, Nator s’était redressé et se dirigeait à pas hésitants vers le comte de Loudenhove, Cornélius Douze-Janvier. Le port altier, de grande taille, Cornélius arborait une barbe taillée avec soin dont la blancheur immaculée s’accordait harmonieusement avec sa chevelure impeccable. C’était un bel homme, au teint halé et à l’élégance naturelle... [Lire la suite]
16 novembre 2018

Chapitre 23 Retour à Couiza

Chapitre 23 Retour à Couiza Dès le lendemain matin, la sonnerie du téléphone fit sursauter Sigismond Tournebouix qui s’était assoupi quelques instants. Sa nuit avait été mauvaise. Il s’attendait pourtant à cet appel et dut confirmer à Richard Louvrier la mort dans l’âme que sa femme n’était toujours pas rentrée. Il demanda à parler à Maximilien Lamort-Lecrabe ou à Jacques Girafe. Seul le premier était encore dans la salle du petit déjeuner. Il répondit sans rechigner à la sollicitation de l’hôtelier. Richard l’informa de la... [Lire la suite]

05 octobre 2018

Chapitre 21 Maître Nator

Chapitre 21 Maître Nator   La puissante cylindrée du Chef s’arrêta, tous phares éteints, devant une longue maison sans étage, un peu à l’écart du village. — Diego, tu restes là. Jette un œil aux alentours. Jay, tu m’accompagnes, le vieux nous attend. Les ordres du Chef étaient précis et ne se discutaient pas. Jamais. Les deux hommes se dirigèrent sans hésiter à travers une enfilade de pièces encombrées. Il faisait presque froid au cœur de cette bâtisse dont l’épaisseur démesurée des murs rappelait qu’elle avait été il y... [Lire la suite]
30 septembre 2018

Chapitre 20 Un mari trompé ?

Chapitre 20 Un mari trompé ? Vers huit heures du matin, la sonnerie du téléphone retentit dans le hall de l’hôtel. — Allo, Monsieur Tournebouix ? Richard Louvrier à l’appareil… — Hé, en voilà une bonne nouvelle ! Vous venez enfin de vous rendre compte qu’il n’y avait pas de meilleur établissement que le mien et que votre Paris n’était rien au regard de notre belle Occitanie ! La benvenguda, monsieur Louvrier ! Richard n’avait pas le cœur à plaisanter. — Je cherche à joindre ma femme… — Donà Victoire ? — Je lui ai laissé... [Lire la suite]
27 septembre 2018

Chapitre 19 Les deux abbés et le trésor

Chapitre 19 Les deux abbés et le trésor Vers 1887 * Bérenger Saunière s’était rendu très tôt en gare de Couiza ce matin-là. Il avait rendez-vous à Perpignan avec Léo Schidloff, un célèbre marchand d’art autrichien. Le lieu de cette rencontre discrète avait été choisi avec soin : une chambre du Grand Hôtel, quai Sadi Carnot. Léo Schidloff connaissait personnellement le propriétaire des lieux, Eugène Castel, et il savait pouvoir compter sur son entremise. Une exigence justifiée par le caractère très particulier de la transaction qui... [Lire la suite]
22 septembre 2018

Chapitre 18 Une inquiétante disparition

Chapitre 18 Une inquiétante disparition   Le lendemain matin, vers 5 heures 45, Sigismond Tournebouix vint frapper comme convenu à la porte de la chambre de Victoire. — C’est l’heure… fit-il à voix basse. Vingt minutes plus tard, étonné qu’elle ne soit toujours pas venue prendre le copieux petit déjeuner qu’il lui avait préparé, il retourna toquer un peu plus fort. Il attendit, écouta puis frappa à nouveau. Silence… Il hésita un instant puis redescendit prendre les clés de la chambre. Il ne le faisait qu’en de très rares... [Lire la suite]